+8801744383834

24/7 Customer Support

WhatsApp +8801744383834

Las dificultades que encuentran a diario los community managers: sobreconexión, falta de reconocimiento en el trabajo …

Content

Las dificultades que encuentran a diario los community managers: sobreconexión, falta de reconocimiento en el trabajo …

Depuis plusieurs années, nous nous penchons régulièrement sur le métier de community manager et le travail quotidien de ces professionnels. Bien que la plupart se sentent bien dans leur profession, on ne peut pas dire que tout est rose. Camille Alloing et Julien Pierre, deux chercheurs sur les métiers liés aux réseaux sociaux, ont Lista de números de teléfono de El Salvador 
à quelques 545 répondants les difficultés les plus régulièrement rencontrées dans leur travail.Crédits photo : iStock / Julia_SudnitskayaLes difficultés que je rencontre le plus souvent dans mon travail sont :L’isolement organisationnel : 26,2%La non reconnaissance de la valeur de mon travail : 53,8%
Les attaques des publics : 11,2%
Le manque de moyens financiers : 44,2%
La relation avec les publics/fans : 4,4%
La relation avec les plateformes de médias sociaux : 11%
L’organisation du travail : 28,3%
La surcharge cognitive : 38,5%
La sur-connexion : 52,7%
Les contraintes réglementaires : 7,9%
La difficulté à faire preuve d’empathie : 5,7%
Autre : 1,8%
Le manque de reconnaissance de son travail touche davantage les profils seniors
Lors de l’enquête menée par les deux chercheurs, 53,8% des interrogés ont répondu que leur plus grande difficulté au sein de leur travail était la non-reconnaissance de la valeur de celui-ci. Il s’agit là du score le plus élevé à cette question. « Le manque de reconnaissance et de moyens, l’isolement, et plus globalement (comme le font ressortir nos entretiens) la non-prise en compte des remontées de terrain effectuées par les répondants apparaissent comme des difficultés centrales », détaillent Camille Alloing et Julien Pierre.

El-Salvador-Phone-Number-List
 

Les deux chercheurs pointent notamment que l’expérience des community managers compte beaucoup dans ce ressenti. En effet, il semblerait que plus les professionnels ont de l’expérience, plus le manque de reconnaissance est perçu comme une difficulté. Parmi ceux dont Betting Email List sur le terrain n’excède pas les 2 ans, 48.5% expriment sentir un manque de reconnaissance, tandis que les profils plus anciens (entre 2 et 4 ans) sont 59.7%. « Et après ? On semble s’habituer, analysent les deux hommes. Peut-être que l’on se fait moins d’illusions : 57% des plus de 4 ans d’expérience voient le manque de reconnaissance comme une difficulté. »« Or, c’est peut-être dans ces premiers mois que l’accompagnement est le plus nécessaire, poursuivent les deux chercheurs, surtout quand on regarde le ressenti émotionnel des jeunes professionnels. On voit apparaître, chez les professionnels en poste depuis 1 an ou 2, des sentiments comme le dégoût, la tristesse, la colère, qui étaient absents chez les nouveaux travailleurs. Ces sentiments vont perdurer par la suite, et seront même rejoints par de l’aversion, de la peur, voire de la rage (tous en très faible quantité cependant). »La sur-connexion, un problème pour certains community managers
En seconde position du panel de réponse, la sur-connexion semble être un véritable problème pour 52,7% des interrogés. Être sans cesse sollicité par les notifications, devoir interagir régulièrement et rapidement avec sa communauté sont des contraintes du métier. Il est pourtant primordial de s’accorder du temps libre pour ne pas se lasser de la communauté.« Il est certain qu’il est très difficile de déconnecter, indique Charlotte Pasco, en particuliers lorsqu’on travaille pour la police nationale, on se sent souvent investi d’une mission ! La déconnexion est pourtant essentielle. J’ai d’ailleurs mis longtemps avant d’y arriver, j’y suis donc très vigilante avec mes équipes. La mise en place d’un système d’astreinte permettant de me relayer sur la veille soir et weekend a été une étape décisive. Depuis quelques temps (à la demande de mon conjoint) la première étape des vacances consiste à supprimer toutes les notifications push de mon téléphone ! »Crédits photo : iStock / PoikePourtant certains community managers, comme Anne Labbé du Slip Français, n’éprouvent pas ce sentiment de sur-connexion. Celle-ci met cette particularité sur le compte de sa jeune expérience : « C’est difficile pour moi de répondre car je suis une jeune community manager, que passer du temps sur les réseaux sociaux n’est pas vraiment une forme de travail pour moi et que je ne le vois pas comme une contrainte. Mais je garde mes week-ends et vacances pour déconnecter, je désactive les notifications voire les données cellulaires quand je veux radicalement couper ! »Sans doute la nécessité de vouloir plus facilement délimiter vie professionnelle et vie personnelle se fera sentir avec l’expérience pour Anne. Pour le moment, le fait d’organiser des rondes et des astreintes quand on est en équipe reste la solution la plus efficace pour s’octroyer du temps libre sans être sollicité par la communauté.Étude réalisée du 16/10/18 au 09/11/18 avec Camille Alloing et Julien Pierre, enseignants-chercheurs à l’Université de Poitiers et à l’Audencia Business School de Nantes, auprès de 545 community managers francophones.

Leave a comment

Your email address will not be published.