+8801744383834

24/7 Customer Support

WhatsApp +8801744383834

2 marques de beauté qui parlent sans filtres

Content

2 marques de beauté qui parlent sans filtres

Elle porte un prénom et un nom : « Snapchat Dysmorphia » ou « Instagram Face » et c’est l’obsession de nombreux jeunes de ressembler aux filtres beauté qu’ils utilisent sur les réseaux sociaux comme Instagram, Snapchat ou TikTok. D’un simple glissement de doigt, vous pouvez corriger les taches, l’acné et augmenter la taille de vos yeux ou de vos lèvres. De plus, des paramètres tels que l’amélioration sur Royaume-Uni Business Phone List 
ou la retouche de mon apparence sur Zoom vous permettent d’avoir une peau parfaite en un instant. Il n’est pas surprenant que le nombre de personnes qui viennent dans les cliniques de médecine esthétique parce qu’elles veulent ressembler davantage à leur « moi » avec des filtres augmente, selon les données d’une étude publiée dans la revue médicale JAMA.L’Advertising Standards Authority (ASA), l’organisme britannique d’autocontrôle de la publicité, a déjà pris des mesures en la matière. Après la campagne #FilterDrop, promue par Sasha Pallari, il a interdit aux influenceurs d’utiliser des filtres de beauté sur Instagram. Leur argument : il n’est pas correct de tromper le public en lui faisant acheter des produits cosmétiques qui ne donnent pas les résultats que la marque le laisse croire. Son but : montrer plus de vraie peau sur Instagram.

UK-Business-Phone-List
 

Une nouvelle génération de marques, le début d’un changement de paradigme
Il y a peu de marques qui deviennent vraiment des leaders dans l’industrie de la beauté. La plupart d’entre eux semblent être fabriqués avec le même motif : des emballages aux couleurs pastel, des formules peu innovantes et le même but : vendre un idéal inaccessible de cuir parfait. La nouvelle génération de marques propose des produits Betting Email List , des causes sociales et parle de sujets tabous sans filtre. Ils sont devenus un mouvement qui dépasse les débuts qui ont promu des publications comme Allure, bannissant le terme anti-âge dans leur ligne éditoriale en 2017, ou des marques purement millénaires comme Glossier, avec son « Skin first, makeup second » en 2014 Cette génération est secouer l’industrie avec des clichés de réalité et d’authenticité.Les topiques, une révolution pour les affections cutanées chroniques
Lorsque Olamide Olowe, 23 ans, et Claudia Teng, 24 ans, ont lancé Topicals en août 2020, c’était clair pour eux : nous devons changer notre façon de penser la peau. Tous deux souffrent d’affections cutanées chroniques, d’eczéma et de folliculite post-barbe, et ils avouent s’être sentis isolés de la communauté de la beauté pour ne pas avoir une peau parfaite. Ils se sont concentrés sur ce public et sur la génération z et ont lancé 2 produits sur le marché. Quelques minutes plus tard, les stocks se sont épuisés. Ton secret? Traiter et déstigmatiser les affections cutanées chroniques tout en normalisant la façon dont nous en parlons.Twitter, le principal canal pour toucher votre audience
Beaucoup sont surpris lorsque les deux fondateurs expliquent que leur stratégie de contenu n’est pas centrée sur Instagram ou TitTok, mais sur Twitter. Pour Topicals, Twitter est un espace de débat et l’endroit idéal pour discuter avec leurs abonnés et les éduquer sur la peau et les ingrédients. Pour eux, le produit a toujours été secondaire par rapport à leur mission : rendre les soins de la peau accessibles à tous. Ils veulent ouvrir des discussions, que les gens parlent ouvertement de leurs maladies chroniques et comprennent le fonctionnement de leur peau. Ils tentent ainsi de rompre avec la stigmatisation qui entoure un sujet trop souvent tabou. De plus, ce canal est également devenu un moteur de vente. Twitter en est venu à représenter 70 % des ventes de Topiques en une journée et en représente normalement 50 %.Billie, la marque qui a enfreint les règles de la taxe rose, de l’épilation et de la pilosité corporelle
Un service d’abonnement axé sur les femmes, avec un focus direct sur le consommateur et sans mâcher ses mots (bien qu’il le fasse dans la plupart de ses photographies). Il s’agit de Billie, la marque de lames de rasoir fondée en 2017 par Georgina Gooley et Jason Bravman, et acquise par Procter & Gamble (P&G) début 2020. Billie a réussi à créer un nouveau récit culturel dans l’industrie de la beauté et ce qu’il a fait en un marché axé sur les hommes et les femmes “Vénus”. Votre stratégie ? Un message d’authenticité contre la taxe rose et le rejet de la pilosité féminine qui résonne avec les valeurs de son public cible ; contenu numérique et utilisation des données avant tout mobile.Contenu mobile d’abord
Tout le contenu créé par Billie est optimisé pour le mobile afin qu’il puisse être consommé rapidement et facilement. En plus d’assurer la meilleure visualisation depuis ces appareils, vos vidéos montrent votre proposition de valeur dans les 5 premières secondes. Tout votre contenu est stratégiquement conçu pour inciter les utilisateurs à le voir, à l’aimer, à le partager et à le commenter.

Stratégie axée sur les données
Depuis sa création, Billie a mené des sondages, des groupes de discussion et des recherches dans l’environnement en ligne pour obtenir des informations sur le comportement des femmes en matière d’épilation. Toutes ces informations l’ont aidé à détecter les points faibles du marché existant. Actuellement, l’utilisation des données est le guide qui vous permet d’élargirAllez votre offre de produits et affinez votre modèle d’abonnement. Billie n’est pas seulement à l’écoute de ses clients, elle comprend leurs motivations, leur comportement et s’en sert pour orienter ses stratégies marketing.Dans un monde plein de pressions esthétiques, de tabous et de filtres, où un jeune sur six connaîtra un trouble anxieux en relation avec les réseaux sociaux – selon une étude publiée par la Royal Society for Public Health (RSPH) et Young Health Movement – les marques Comment Topicals et Billie ouvrent la voie et servent de référence pour arrêter de voir l’industrie de la beauté comme faisant partie du problème et se concentrer sur la façon dont elle peut faire partie de la solution.

Leave a comment

Your email address will not be published.